Quelques amuses bouches de Cheffe, roman d’une cuisinière de Marie Ndiaye

 

 

Le dernier numéro (n°618) de LA NRF de mai 2016 nous donnait un avant-goût inédit du prochain roman de Marie Ndiaye, Cheffe, roman d'une cuisinière, qui sortira en octobre prochain aux éditions Gallimard.

En publiant huit pages de ce roman en avant-première, nous découvrons  à leur lecture une femme chef à succès œuvrant devant ses fourneaux pour nous concocter son plat signature : le gigot en habit vert.

Mais nous n'en saurons pas plus, au fil des lignes  l'auteure nous dépeint un portrait énigmatique de cette femme dont le nom n'est jamais cité.

 

"Son propre nom, la cheffe préférait qu'on ne s'en souvienne pas, son visage qu'on ne l'ait jamais vu, qu'on ignore si elle était ronde ou mince, petite ou grande, si son corps était bien fait. "

"Elle était terriblement intelligente, et par ailleurs il n'est pas besoin de l'être autant qu'elle l'était pour réussir dans le métier. Elle aimait qu'on fasse fausse route à son sujet. Elle détestait être approchée, sondée, risquer d'être dévoilée."

 

Une entrée en matière qui laisse le lecteur sur sa fin et sur ...... sa faim d'en savoir plus !

Un roman que l'on attend avec impatience de pouvoir déguster très prochainement.

 
 

Meurtres trois étoiles

 

Le 1er juin, Michèle Barrière publiait sa dernière enquête culinaire avec Meurtres trois étoiles et nous plonge ainsi dans le Lyon des années 30 au temps de la Mère Brazier.

 

Meurtres trois étoiles

Michèle Barrière

Editions LGF

Collection  Le Livre de poche Policier

Date de parution : Juin  2016

ISBN : 9782253191216

Format :18  x 11 cm - 256 pages

 

Meurtres trois étoiles est un roman policier excellemment documenté, l’auteur ayant le souci du détail pour faire revivre Eugénie Brazier en 1933 dans ses cuisines. Les descriptions des préparations, des plats sont d’une incroyable justesse.  Le moindre geste, la moindre émotion ou sensation culinaire est dépeinte très précisément permettant au lecteur de vivre simultanément plaisir de lire et plaisir culinaire. Le tout magnifiquement agrémenté d’une intrigue policière aux petits oignons !

Dans ce roman, Adrien Savoisy reprend du service! Journaliste culinaire pour la radio Le Poste de Paris, il entreprend un reportage sur les femmes cuisinières . Il part alors pour Lyon  pour rencontrer Eugénie Brazier. Il souhaite décrypter qui est la femme qui se cache derrière les deux fois 3 étoiles du guide Michelin pour ses restaurants.  C’est l’occasion inespérée d’être en arrière cuisine, de regarder par-dessus l’épaule d’Eugénie Brazier, de la voir diriger son personnel, d’assister au mijotage des sauces, à la confection de sa célèbre volaille demi-deuil, de son saucisson, et de ses quenelles.

Pendant qu' Adrien Savoisy est attribué à la pluche, le lecteur se laisser porter par les mots, par les saveurs,  par le glapissement des sauces dans les casseroles, par les arômes qui s’en dégagent. Cette délectation va alors se rompre à l’annonce d’un meurtre d’un des commis de la Mère Brazier. Adrien Savoisy laisse tomber économe, carottes et poireaux pour mener l’enquête. Qui est l’auteur de ce crime dans les cuisines de la plus grande chef de son temps ? Eugénie reprend toute  fois du poil de la bête et confectionne un gargantuesque festin pour la venue  du maire de Lyon, Edouard Herriot. A nouveau, c’est l’extase du lecteur de retrouver à nouveau Eugénie aux fourneaux. Mais cette aventure culinaire va tourner en eau de boudin. Edouard, à peine son déjeuner terminé, finit aux urgences déclarant des signes d’empoisonnement. Une double enquête se joue alors et une question persiste :  Qui en veut autant à Eugénie Brazier ?

Vous le saurez, en vous délectant de chaque page de ce livre !

Un roman à dévorer sans hésitation et sans modération.

 

Ma note : 9/10

 

Rencontre avec Ryoko Sekiguchi à la Librairie Nicole Maruani, Paris 13ème.

Ce soir la Librairie Nicole Maruani avait pris un petit air japonisant pour accueillir l’auteure Ryoko Sekiguchi à l’occasion de la sortie de Diner Fantasma de Manuella Editions. Cette auteure avait déjà publié des livres sont le point de rencontre de la littérature et lire plus

Dimanche, nous étions au Salon du Livre de Paris!!

salon-livre-paris-logo

 

Sans surprise, Lectures Gourmandes a longuement arpenté les stands du Square Culinaire du Salon du Livre de Paris, ce dimanche 20 mars.

Au programme, nous avons pu rencontrer les Editions de L’Epure, une maison d’édition qui publie des livres valorisant la gastronomie et le patrimoine culinaire d’ici et d’ailleurs. Rappelez-vous, 6m2 de cuisine de Sonia Ezgulian était un des premiers billets de ce blog !!  Eh bien, ce magnifique texte était l’un de leur titre !

Nous avons pu échangé longuement sur la littérature et surtout la cuisine, la nourriture. Un très bel échange avec les sympathiques membres de leurs équipes. Puis nous avons découvert deux auteurs.

 

IMG_20160320_135123

Ils s’agissaient de Mayalen Zubillaga pour son livre intitulé L’art de saucer, et pour bien se désaltérer, nous nous sommes tournés vers Philippe Quesnot pour Trente nuances de gros rouge.

 

art de saucer           30nuancesdegrosrouge

 

Bien évidemment, nous sommes repartis avec nos exemplaires dédicacés.

Deux-idees-de-bonheur

Le deuxième temps forts de cette journée a été la conversation culinaire entre Luis Sepulveda en promotion pour son dernier livre publié en France Deux Idées de Bonheur et le chef nouvellement étoilé en 2016 Jean-Baptiste Lavergne-Morazzani du restaurant La Table 11 à Versailles. Au cours de laquelle, il réalisait une recette d’asperges vertes sous les yeux du public.

 

 

IMG_1112

 

Au cours de cette conversation, Luis Sepulveda livrait quelques souvenirs culinaires l’ayant marqué. Les mots de l’auteur croisaient ceux du Chef. Les univers, et les générations dialoguaient entre elles établissant un moment fédérateur autour de la gastronomie.

 

IMG_1090

Pour le romancier, « L’harmonie est primordiale dans deux choses l’Amour et la cuisine. »

Aux détours d’un geste appliqué du chef, le romancier se souvenait…..et relatait quelques anecdotes…IMG_1091

 

Telles que lorsqu’il était en prison au chili, celui-ci demandait une nappe blanche pour pouvoir manger bien que la principale nourriture se résumait à quelques sardines en boîte. Le repas a toujours été un moment important, pour lui. Un moment fédérateur lorsque l’on est en famille.

IMG_1101

 

Ou encore, il narrait avec beaucoup d’humour, qu’il avait dîné dans un restaurant où le chef l’avait ébloui avec un intitulé incroyable de son plat. Lorsque l’assiette arriva, la déception fit place à l’ébahissement puisque ce dernier se résumait à une spécification, une simple olive d’un jus concentré au gin trônait dans son plus simple appareil. Il montrait ainsi qu’en cuisine, comme en littérature les mots y sont très importants.

 

Un très beau moment de partage où deux cultures, deux générations différentes se réunissaient au sein de cette conversation, se réunissant autour d’une même  passion pour la gastronomie.

Nous sommes repartis les bras chargés de nouvelles lectures culinaires en perspectives dont celui de Luis Sepulveda. De nombreuses critiques en perspective pour alimenter nos curiosités et nos soifs de lecture.

 

 

 

 

Bienvenue chez moi de Jean-Luc Petitrenaud

 

Dégustez! Prenez votre temps ! Lisez , le nouveau Jean-Luc Petitrenaud  Bienvenue chez moi  qui vous permettra de vous régaler littéralement et littérairement!

"Mon Dieu que, la littérature habille à merveille la bonne cuisine, nourricière de l'intelligence! Un bon roman se goûte, se déguste. L’œil ne doit pas chahuter, bousculer les phrases. L'élaboration d'une simple omelette doit faire appel aux mains les plus douces. Un œuf battu ne doit pas souffrir. Il doit être aussi léger qu'un claquement de cymbales. Pas de gestes échappant à la raison. Pas de brusquerie, sinon la gourmandise du livre et du plat s'envoleront par la fenêtre, sans billet retour." ( p. 112)

 

Bienvenue chez moi

Jean-Luc Petitrenaud

Editions Flammarion

Collection Biographie

Date de parution : Février 2016

ISBN : 9782081378414

Format :13,7  x 21 cm - 145 pages

 

Monsieur Jean-Luc Petitrenaud,

Je ne connaissais pas vos écrits, disons un peu plus littéraire. Je me plaisais quelquefois à lire vos livres de recettes qui ont été publiés précédemment.

 En véritable fan de vos émissions culinaires télévisuelles et radiophoniques je ne manque pas de vous écouter.  J’apprécie vos chroniques toujours dithyrambiques lorsque vous faites la promotion d’un bon restaurant ou encore d’un produit d’exception. Alors je dois dire que j’ai eu une petite appréhension lorsque mon œil expert a accroché la première de couverture de Bienvenue chez moi. Vais-je retrouver le poète des chroniques culinaires ?

J’ai comme ainsi dire répondu à l’invitation et me voilà-en train d’ouvrir la couverture comme je pousserai la porte de votre maison. Je commence à lire les premières lignes de ce roman. Et là, j’ai été happée par votre histoire, par vos souvenirs mais surtout par toutes vos petites madeleines de Proust ou devrais-je dire vos petites confitures, vos petits rôtis dominicaux ou encore vos maquereaux sauce vins blancs à la Petitrenaud ! Je fus soulagée, car je vous ai retrouvé là entre les pages, votre style se déliant, et votre poétique qui sautent à mes yeux ! Que de lecture de Ah, et encore des Ah ! Ca y est Petitrenaud est bien là !

Les doux fumets et les douces odeurs de toutes les descriptions des mets de votre enfance, ou de certains épisodes de votre vie adulte me chatouillaient virtuellement les narines. En revanche, mon envie de croquer dans une bonne part de votre clafoutis aux cerises ou de gouter à vos confitures maison était, elle, bien réelle!

J’ai sentis vos tripes dans ce livre. Je vous ai aussi découvert en bon cuisinier avec toujours ce soucis de mettre au mieux en valeur les produits qui vont composer vos plats, pour rassembler les personnes qui vous sont chères autour d’une bonne table. Et bien ! Vous avez également réussi ce pari avec ce roman. En bon écrivain, vous avez pris le temps de faire mijoter ses bonnes idées ensembles ! En cuisine, comme en écriture, vous avez réalisé les meilleurs dosages qui apportent saveur et délice à votre écrit.

Que de déjeuner, de dîner et de souper entre les souvenirs de votre grand-mère, de votre enfance ou encore entre Barfleur et Meudon !

Merci de m’avoir invitée à votre table, le temps de ces quelques pages, à la table de votre vie !

 

Ma note : 9/10

 

Stop aux régimes….préférez la cuisine!

 

Stop aux régimes! Lisez cette bande dessinée Avec la sauce à part ! qui vous convaincra avec humour,  d'arrêter de se culpabiliser et de se martyriser ! 

 

Avec  la sauce à part ! Les aventures d'une régimeuse

Astrid M 

Editions Marabout

Collection Marabulles

Date de parution : Février 2016

ISBN : 9782501104548

Format :17  x 23 cm - 176 pages

 

Avec la sauce à part ! raconte les folles aventures d'une mère de famille qui a été fâchée depuis sa tendre enfance avec ses kilos superflus. Alors un jour, elle décide d'essayer un énième régime, une énième méthode qui se targue de faire perdre vite et bien......ou pas!

Car ce qu'elle va compter ce sont effectivement les kilos perdus, mais surtout ce sont tous les kilos repris quelques mois après, avec en général  un petit bonus!

On la voit essayer les poudres à diluer, le régime détox ananas, les consultations chez des diététiciens fantasques ou des psychologues abracadabrants, jusqu'au jour où.........elle trouve enfin la perle rare. La diététicienne de rêve, celle qui encourage et surtout ne se fixe pas sur les kilos mais sur la cuisine maison pour aider sa patiente. Celle qui est toujours à chuchoter quelques mots d'encouragement, alors que la perte de poids n'est pas là, qui l'incite à aller rencontrer ses amies, à aller au cinéma ou au restaurant (si, si , c'est vrai!!!).

Bref, à renouer avec un mode de vie plus épanoui. Et résultat, comme par magie les kilos s'envolent, et la joie de vivre est là.

Une très belle bande dessinée qui donne envie de vivre et aborde la question ennuyeuse et déprimante des régimes sous un autre angle, en valorisant la cuisine faite maison!

 

 

 

Les délices de Tokyo

 

A l'occasion de la sortie en France de l'adaptation cinématographique du livre Les délices de Tokyo écrit par Durian Sukegawa le 27 janvier dernier, les éditions Albin Michel ont eu l'excellente idée de nous faire découvrir cet auteur grâce à la publication de ce roman en version française le 03 février 2016. J'étais très impatiente de pouvoir me procurer ce livre. C'est désormais chose faîte!

Les délices de Tokyo

Durian Sukegawa 

Traduction de Myriam Dartois-Ako

Editions Albin Michel

Collection Littérature générale

Date de parution : Février 2016

ISBN :9782226322883

Format :20.5 x 14,2 cm - 240 pages

 

Les délices de Tokyo racontent la rencontre entre Tokue, une vieille dame de 73 ans, et de Sentarô le patron d'une petite boutique de dorayakis, ces pan-cakes garnis de pâte sucrée de haricots rouges, une spécialité japonaise. Depuis des années, Sentarô réalise ces douceurs selon la recette héritée de son prédécesseur avec de la pâte de haricot rouge industrielle. Il a besoin d'embaucher un nouvel employé pour préparer ces pâtisseries.

Un jour, Tokue se présente à sa boutique et remarque l'annonce affichée pour trouver cet employé. Elle demande alors à Sentarô de l'embaucher. Il refuse, en évoquant le trop grand âge de Tokue pour ce travail trop épuisant, et surtout ses mains déformées qui risqueraient de faire fuir les clients. Tokue, déterminée, insiste en lui indiquant qu'elle serait en mesure d'améliorer la recette des dorayakis vendus dans l'échoppe.

Elle met Sentarô devant le fait que sa pâte de haricot était trop insipide pour être réellement faîte maison. Ce dernier, devant l'insistance de la vieille dame et son expertise en matière de dorayakis cède mais selon ses conditions : elle doit rester dans l'arrière-boutique pour que les clients ne puissent pas la voir. Au fur et à mesure, que les jours passent l'échoppe fructifie.

Tokue prend le temps d'expliquer tous ces secrets culinaires pour réaliser une pâte de haricots rouges goutteuse afin de transmettre son savoir à Sentarô. Réfractaire au premier abord que cette vieille dame lui donne des directives dans son échoppe et remette en cause son savoir-faire en matière de dorayakis, Sentarô va finalement l'écouter. Il va apprendre sous sa supervision tous les secrets de dorayakis réussis.

Le lecteur assiste alors à ce long apprentissage, aux différents détails qui font que ces dorayakis seront exceptionnels. Au fur et à mesure des pages, l'on ressent différents arômes et odeurs : celle du sucre, de la lente fermentation des haricots, des pancakes cuisant et bruissant sur la plaque chauffante.

Tout est remarquablement décrit par l'auteur. On s'en lèche les babines ! Et l‘on aimerait croquer à pleines dents ces quelques dorayakis tout juste sortis de la plaque de cuisson, résultat de cette minutieuse et longue préparation où chaque détail compte.

Malheureusement nous devons nous contenter de ces pâtisseries de papier.

La collaboration entre Sentarô et Tokue est une réussite, puisque de nouveaux clients viennent en masse pour goûter ces fameuses pâtisseries réalisées avec la recette de Tokue. Mais malheureusement ce succès ne sera bientôt que de courte durée, car un client va percer le secret de Tokue en expliquant ses mains déformées. La rumeur se propagera vite. Cet événement va alors contraindre Tokue à avouer son passé. Cela va pousser Tokue et Sentarô à se rapprocher, et à se confier sur leur vécu respectif.

La suite du récit est alors très chargée en émotion et tirera les larmes aux plus insensibles des lecteurs. L'on comprend alors pourquoi les mains de Tokue ont subi une déformation, pour quelles raisons à 73 ans, elle tenait à travailler en faisait des pâtisseries et pourquoi elle aime tant voir fleurir le cerisier placé devant l'échoppe. La situation initiale du roman presque anodine prend alors une toute autre importance.

Durian Sukegawa en s'appuyant sur une des spécialités du Japon, aborde un sujet grave qui appartient à l'histoire de ce pays. Avec beaucoup de douceur et de poésie, il réalise un merveilleux hommage aux personnes qui ont été concernée comme Tokue par la maladie de Hansen. Un magnifique roman, qui certes laisse une place importante aux dorayakis,mais n'oublie pas de traiter de thématiques importantes telles que la transmission intergénérationnelle du savoir, la solidarité, la maladie, le combat pour continuer à vivre malgré les difficultés.

Tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce récit un grand livre !

Ma note : 8/10

 

Les délices de Tokyo

Les délices de Tokyo

Le nouveau film de Naomi Kawase Les Délices de Tokyo est  sorti en salle le 27 janvier 2016.

delices-tokyo

Il s'agit de l'adaptation d'un roman populaire de Durian Sukegawa sur l'univers gastronomique du Japon. Ce livre met à l'honneur une spécialité qui fait partie du patrimoine culinaire nippon : les dorayakis, ces petits beignets fourrés de pâte sucrée aux haricots rouges.  Ce film a été primé au festival de Cannes en 2015.

Ce film raconte l'histoire d'une femme âgée de 70 ans qui va convaincre un vendeur de dorayakis de l'embaucher. Elle maîtrise parfaitement la recette de ces pâtisseries et fera de la petite échoppe de ce vendeur un endroit renommé et incontournable. 

En attendant la sortie de roman original en langue française le 4 février 2016,  voici de quoi nous sustenter en réalisant nos propres dorayakis!! Voici la recette de ces beignets qui accompagne la promotion de ce film!

recette_dorayakis1recette_dorayakis1

Je n'oublierai pas de réaliser une chronique dès la sortie du livre.

Les Délices de Tokyo,  Durian Sukegawa, Albin Michel, février 2016, 240 pages, 20.5 cm x 14 cm  9782226322883.

 

 

 

 

J’aime la galette, savez-vous comment ?

Et bien quand elle est bien faîte! Avec plein de beurre dedans évidemment.

Voilà une alternative à Roule Galette de Natha Caputo et de  Pierre Belvès pour parler de la traditionnelle galette des rois à nos chers bambins !

 

Les Monsieur Madame et la Galette des Rois

Adam Hargreaves

Editions Hachette jeunesse

Collection Monsieur Madame

Date de parution : 13 novembre  2014

ISBN : : 9782013987011

Format : 13.8x12.7 - 38 pages

  Découvrez ou faîtes découvrir les aventures de Madame Beauté qui a décidé de partager une galette des rois pour l' Épiphanie.  Elle a donc invité tous ses amis à la partager.   Petit bémol, Madame Beauté n'a pas du tout envie de se salir les mains pour confectionner la galette,  elle est  bien trop importante pour faire la cuisine. Heureusement que celle-ci est bien entourée et que ses amis vont essayer de l'aider . Tour à tour, Monsieur Farceur, Monsieur Glouton, Monsieur Parfait vont essayer de faire la galette. Malheureusement, chacun va faire des siennes et à l'approche de l'arrivée des invités, catastrophe ! Toujours pas de galette, pour Madame Beauté !   Partez à la découverte de celui ou celle qui sauvera la situation et qui permettra à Madame Beauté et à tous ses invités de  pouvoir partager la galette des Rois ! Un petit album qui  nous fait retomber en enfance et nous permet de partager un bon moment sans prendre un gramme !
 

BONNE ANNEE 2016 !

 

 Je vous souhaite une bonne et heureuse année 2016 remplie, je l'espère,  de magnifiques découvertes littéraires et pourquoi pas culinaires.

Pour ma part, je n'ai qu'une seule résolution : lancer et animer mon blog, Lectures Gourmandes et vous faire découvrir ou redécouvrir de nombreuses lectures de littérature culinaire.

Pour partir d'un bon pied, en cette nouvelle année,  quoi de mieux que de prendre un bon petit déjeuner ??

Eloge du petit déjeuner

Thierry Bourcy

Editions Gallimard

Collection Folio

Date de parution : 03 septembre  2015

ISBN : : 978207046490

Format : 10.8x17.8 - 128 pages

Au fil de ces quelques pages, on hume les croissants frais du dimanche matin, la douce odeur du café tout juste passé. Et c'est sans compter sur Thierry Bourcy qui nous fait redécouvrir le repas le plus important de la journée, car celui-ci s'est plié à l'exercice de la réalisation de l’éloge du petit déjeuner.

Et cela , n'est pas une mince affaire car ce repas manque parfois de considération !  

Il est pris  parfois à la va-vite.  Il est  souvent sauté pour pouvoir grappiller quelques précieuses minutes de sommeil supplémentaires. D'autres fois, pour les lèves tard, il se métamorphose même en Brunch !

L'auteur nous fait prendre le temps au cours de ces 128 pages de découvrir quel est son petit déjeuner ou plutôt ses petit-déjeuners. Sans compromis, l'auteur nous raconte ses souvenirs et ses "madeleines de Proust" matinales. 

Le lecteur découvre alors le petit-déjeuner de son enfance, celui de son échange scolaire en Angleterre, ceux de ses voyages en tant qu'écrivain aux quatre coins de la France, non sans les agrémenter de quelques situations cocasses qui nous mettent le sourire aux lèvres.

Entre classicisme et inventivité, voilà de quoi prendre de nouvelles idées, pour réinventer son  propre petit-déjeuner. 

Et pourquoi pas accompagner cette lecture d'une bonne tasse de thé ou de café ?