A l'occasion de la sortie en France de l'adaptation cinématographique du livre Les délices de Tokyo écrit par Durian Sukegawa le 27 janvier dernier, les éditions Albin Michel ont eu l'excellente idée de nous faire découvrir cet auteur grâce à la publication de ce roman en version française le 03 février 2016. J'étais très impatiente de pouvoir me procurer ce livre. C'est désormais chose faîte!

Les délices de Tokyo

Durian Sukegawa 

Traduction de Myriam Dartois-Ako

Editions Albin Michel

Collection Littérature générale

Date de parution : Février 2016

ISBN :9782226322883

Format :20.5 x 14,2 cm - 240 pages

 

Les délices de Tokyo racontent la rencontre entre Tokue, une vieille dame de 73 ans, et de Sentarô le patron d'une petite boutique de dorayakis, ces pan-cakes garnis de pâte sucrée de haricots rouges, une spécialité japonaise. Depuis des années, Sentarô réalise ces douceurs selon la recette héritée de son prédécesseur avec de la pâte de haricot rouge industrielle. Il a besoin d'embaucher un nouvel employé pour préparer ces pâtisseries.

Un jour, Tokue se présente à sa boutique et remarque l'annonce affichée pour trouver cet employé. Elle demande alors à Sentarô de l'embaucher. Il refuse, en évoquant le trop grand âge de Tokue pour ce travail trop épuisant, et surtout ses mains déformées qui risqueraient de faire fuir les clients. Tokue, déterminée, insiste en lui indiquant qu'elle serait en mesure d'améliorer la recette des dorayakis vendus dans l'échoppe.

Elle met Sentarô devant le fait que sa pâte de haricot était trop insipide pour être réellement faîte maison. Ce dernier, devant l'insistance de la vieille dame et son expertise en matière de dorayakis cède mais selon ses conditions : elle doit rester dans l'arrière-boutique pour que les clients ne puissent pas la voir. Au fur et à mesure, que les jours passent l'échoppe fructifie.

Tokue prend le temps d'expliquer tous ces secrets culinaires pour réaliser une pâte de haricots rouges goutteuse afin de transmettre son savoir à Sentarô. Réfractaire au premier abord que cette vieille dame lui donne des directives dans son échoppe et remette en cause son savoir-faire en matière de dorayakis, Sentarô va finalement l'écouter. Il va apprendre sous sa supervision tous les secrets de dorayakis réussis.

Le lecteur assiste alors à ce long apprentissage, aux différents détails qui font que ces dorayakis seront exceptionnels. Au fur et à mesure des pages, l'on ressent différents arômes et odeurs : celle du sucre, de la lente fermentation des haricots, des pancakes cuisant et bruissant sur la plaque chauffante.

Tout est remarquablement décrit par l'auteur. On s'en lèche les babines ! Et l‘on aimerait croquer à pleines dents ces quelques dorayakis tout juste sortis de la plaque de cuisson, résultat de cette minutieuse et longue préparation où chaque détail compte.

Malheureusement nous devons nous contenter de ces pâtisseries de papier.

La collaboration entre Sentarô et Tokue est une réussite, puisque de nouveaux clients viennent en masse pour goûter ces fameuses pâtisseries réalisées avec la recette de Tokue. Mais malheureusement ce succès ne sera bientôt que de courte durée, car un client va percer le secret de Tokue en expliquant ses mains déformées. La rumeur se propagera vite. Cet événement va alors contraindre Tokue à avouer son passé. Cela va pousser Tokue et Sentarô à se rapprocher, et à se confier sur leur vécu respectif.

La suite du récit est alors très chargée en émotion et tirera les larmes aux plus insensibles des lecteurs. L'on comprend alors pourquoi les mains de Tokue ont subi une déformation, pour quelles raisons à 73 ans, elle tenait à travailler en faisait des pâtisseries et pourquoi elle aime tant voir fleurir le cerisier placé devant l'échoppe. La situation initiale du roman presque anodine prend alors une toute autre importance.

Durian Sukegawa en s'appuyant sur une des spécialités du Japon, aborde un sujet grave qui appartient à l'histoire de ce pays. Avec beaucoup de douceur et de poésie, il réalise un merveilleux hommage aux personnes qui ont été concernée comme Tokue par la maladie de Hansen. Un magnifique roman, qui certes laisse une place importante aux dorayakis,mais n'oublie pas de traiter de thématiques importantes telles que la transmission intergénérationnelle du savoir, la solidarité, la maladie, le combat pour continuer à vivre malgré les difficultés.

Tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce récit un grand livre !

Ma note : 8/10