A quelques jours de l’arrivée du peloton sur les Champs Elysées, on se demande tous, ce que ces stakhanovistes de la route ont dans le bidon et dans les bidons pour pouvoir avaler le bitume comme ils le font depuis 1903 durant près de trois semaines. Grâce à Pierre Carrey, et à son livre Le Tour de France à dévorer, une part de mystère nous est dévoilé.

Le Tour de France à dévorer

Pierre Carrey

Editions :  DirectVelo

Date de parution : Juin 2016

ISBN : 978-2953824674

Format :22,5 x 14 cm – 240 pages

 

Au menu de cette aventure sportive et culinaire, nous découvrons les différent profils des grands champions du cyclisme : le bon mangeur, l’épicurien, l’acète, le végétarien, le carnivore, l’accro à la caféine. Mais tous sont des passionnés et des bosseurs qui, si certains parfois roulent des mécaniques, cherchent tous la performance qui leur permettront d’accéder au sein graal : le maillot jaune. Alors que chacun y va de son régime, de ses plans nutritionnels, au fil des pages nous assistons aux avancées scientifiques en matière de nutrition et de l’évolution de la composition des ravitaillements et de leurs pratiques : allant des litres de vin, au champagne, au sang de bœufs, aux tartelettes aux fruits dégustées à la va vite, au poulet froid, aux sandwichs, aux fruits jusqu’aux encas chimiques actuels, en passant par la mythique « chasse à la canette ». Tous ces aliments et pratiques reflètent une certaine conception  du bien mangé sportif laissant présager une victoire.

 

Au détour des années, des routes, des anecdotes qui sont parfois surprenantes, des litres de boissons éclusées, des kilos de bidoches, de bananes, de pâtes, ou de légumes en tout genre avalés, c’est toute l’histoire du cyclisme qui s’écrit. Pierre Carrey nous permet de faire un voyage au  temps des légendes du cyclisme qui ont marqué le Tour de France, tant du point de vue de leurs jambes que de leurs estomacs. Ainsi, Pierre Carrey remet en lumière le premier Maillot jaune végétarien Roger Lapébie, ou encore le bon appétit de Jacques Anquetil.

 

Autour d’un sujet qui fédère les gens qu’ils soient ou non passionnés de cyclisme, la bonne bouffe, Pierre Carrey a réussi le pari de réhumaniser le Tour de France en nous montrant que derrières les cyclistes et les spectaculaires coups de pédales se cachent des personnes, qui prennent autant de plaisir à dévorer les kilomètres et les cols que les bons petits plats.

Un livre très bien documenté qui rend un magnifique hommage à l’un des fleurons du patrimoine sportif français : Le Tour de France.