« Orange et juteuse. Sucrée et lourde comme les abricots qu’on cueillait sur l’arbre, encore chauds d’été. » (p.15)

Elisabetta Shapiro vit seule dans sa maison familiale à Vienne. Elle a quatre-vingts ans. Elle a un goût prononcé pour la confiture d’abricots confectionnée avec les fruits de l’abricotier qui est dans le jardin. Sous cet arbre, elle aime y passer des moments à se souvenir, à trouver refuge, à chercher du réconfort.

Dans sa vie d’avant, elle aimait par-dessus tout faire ses confitures comme sa mère le lui avait appris. Jusqu’à cette année 44. Elle en a gardé tous les pots, même celui dont la recette a été modifiée au cas où. La situation s’est présentée, elle ne l’a pas utilisé.

Depuis, elle conserve ces pots comme un hommage à une vie passée. Le temps de l’insouciance mis en pots. Chaque goût, chaque nouvelle fournée, chaque nouvelle année est un souvenir, un goût amer de cette enfance bien trop vite perdue.

Un jour, Elisabetta accueille Pola sous son toit, une jeune danseuse d’une vingtaine d’années, un peu cabossée par la vie, se cherchant inlassablement.

Cette rencontre va faire resurgir des fantômes du passé, des souvenirs parfois heureux, d’autres,  insoutenables, pour l’une comme pour l’autre.

Elisabetta va s’ouvrir, livrer son histoire à grand renfort de confitures et de moments passés à discuter toutes deux sous l’abricotier.

Petit à petit, celles-ci vont s’apprivoiser et donner un nouveau sens à leur existence en réussissant enfin à affronter la vie s’épaulant l’une et l’autre.

Un roman émouvant sur  une belle amitié intergénérationnelle.

Titre Le Goût sucré des souvenirs
Auteur Beate Teresa Hanika
Edition Les Escales
Date de parution 20180215
Format 13,9 x 22,4 ; 272 p.
ISBN 978-2365693417

Beate Teresa Hanika est photographe et écrivain.

De 1997 à 2001, elle travaille comme modèle, puis elle se tourne vers la photographie. 

Le cri du Petit Chaperon rouge, son premier roman, unanimement salué par la critique littéraire, a reçu le Prix du Livre Jeunesse de la ville de Oldenbourg ainsi que le prix consacré à l’encouragement des jeunes artistes de l’État de Bavière. 

Elle vit avec sa famille dans un village près de Ratisbonne.