« La gastronomie est une affaire d’expérience, un art qui ne s’apprend pas en vitesse sous les projecteurs d’un plateau de télévision. Les paillettes ne remplaceront jamais les étoiles. » (p. 15)

La vie de Samuel a viré au cauchemar lorsqu’il a perdu la grande finale de la célèbre émission culinaire télévisée : The Ultimate Cook.

Depuis ce jour, il a perdu ses ambitions d’ouvrir un jour son restaurant, se laissant aller à la dépression.

Désormais, il ne survit plus qu’il ne vit en animant des ateliers de cuisine et en jouant à l’occasion le chef à domicile avec l’un de ses amis, se faisant de plus en plus petit pour ne pas apparaître comme l’éternel perdant du concours.

Sa vie n’a plus aucun sens jusqu’à sa rencontre avec Paula, une pétillante sommelière. Elle va lui redonner goût à la vie et l’aider à reprendre le chemin des cuisines.

Ensemble, ils vont ouvrir leur propre restaurant et décrocher les étoiles tant convoitées.

Une fois le premier tome dévoré, le lecteur sera impatient de découvrir la suite des aventures culinaires de Paula et de Samuel. Cette délicieuse mise bouche augure une série trois étoiles !

 

En attendant, voici la bande annonce du tome 1 la série  Étoilé réalisée par les éditions Dupuis :

 

 

 

Titre Les Étoilés, T.1 : Hors d'oeuvre
Auteur Brahy Lehericey Desmarès
Edition Dupuis
Date de parution 20180105
Format 23.7 x 31 cm ; 52 p.
ISBN 9782800174556

Il est de ceux dont les bios peuvent débuter par  » Déjà tout petit… », ce qui est au monde de la b.d. ce que « il était une fois… » est aux contes pour enfants. Cette histoire-ci commence à Istres, où Luc Brahy est né en 1964.

Le dessin l’a toujours passionné : la publicité et le dessin de presse lui permettent d’être publié – un encouragement salutaire pour les artistes du crayon. Il n’a pas trente ans quand un éditeur (Vent d’Ouest) publie son premier album : « Zoltan », sur un scénario de Frank Giroud (1993).

Il mettra sept ans avant de voir concrétisé un projet plus personnel, « Ynfinis », en deux tomes ( » Mayrim  » et  » Duel « , aux éditions Clair de Lune), qu’il signe seul, mais sous le pseudonyme de Dust. On y voit une évolution vers un style de plus en plus personnel, se réclamant à la fois du réalisme classique et d’une modernité avant tout efficace.

Une rencontre va décider de son avenir : avec Eric Corbeyran (« Le Cadet des Soupetard » et « Lie de Vin » chez Dargaud) va naître une solide amitié. Plusieurs projets sont mis en chantier. Le premier paraît en 2003, « Imago Mundi », pour lequel un autre ami, Achille Braquelaire, apporte la caution scientifique.

(Source : www.dupuis.com)

D’abord comédienne et présentatrice télé en Belgique et en France, Fanny Desmarès a toujours aimé raconter des histoires.
Elle est aujourd’hui scénariste. Elle a écrit cinq longs-métrages pour le cinéma (dont « Facteur Cheval », Bourse Beaumarchais /SACD 2015, que Nils Tavernier réalisera durant l’automne 2017 avec Jacques Gamblin et Laetitia Casta) mais aussi de nombreux formats pour la télévision : unitaires, séries 13 min., 26 min., 52 min., aussi bien en Belgique qu’en France (RTBF, Canal + Belgique, M6, France Télévisions…)

« Étoilés » est sa première expérience en tant que scénariste de bande dessinée.
Pourtant chez elle, la BD, c’est aussi une histoire de famille depuis qu’elle est entrée par alliance dans celle du mythique éditeur Charles Dupuis, il y a plus de vingt ans. 
« Je me souviens avec tendresse d’un homme drôle, farceur, chaleureux qui, même s’il avait arrêté son activité lorsque je l’ai rencontré, vouait toujours une admiration sans bornes à « ses » artistes, à « sa » famille, à Marcinelle… »

Aujourd’hui, grâce à son travail, Fanny entre une seconde fois dans la famille Dupuis.
Un sacré coup du destin dont elle est particulièrement fière !

(Source : www.dupuis.com)

Exilée en Belgique après des études théâtrales et de nombreuses tournées sur les grandes et petites scènes de France et de Navarre, Delphine Lehericey se met à filmer ses propres scénarios. 
D’abord vidéaste à des fins scénographiques pour le spectacle vivant, elle fabrique quelques objets de fiction inspirés d’histoires vécues. 
En 2005, suite à un stage dirigé par Frédéric Fonteyne : « Les spécificités du jeu face caméra » son travail de vidéaste s’oriente naturellement vers le documentaire puis la fiction.
En 2007 elle réalise « Comme à Ostende », un moyen-métrage sélectionné notamment à Locarno dans la section Cinéastes du Présent.

En 2009 elle coréalise le documentaire « Les arbitres » avec les producteurs de l’émission « strip-tease », sélectionné dans plusieurs festivals et distribué par Gaumont.
En 2014 son premier long-métrage « Puppylove », avec Solène Rigot et Vincent Perez, est présenté en première internationale au festival de San Sebastian et dans de nombreux festivals. 

Entre 2011 et 2016 elle réalise encore deux documentaires pour Arte et la RTBF « Mode in Belgium » sur un designer pas encore célèbre et Une cheffe et sa bonne étoile sur le parcours d’une femme cheffe étoilée qui lui inspirera l’histoire de la série « Étoilé » coécrite avec Fanny Desmares et dessinée par Luc Brahy.

Delphine Lehericey continue d’écrire des histoires toujours inspirées de la réalité que ce soit pour le cinéma, la télévision, le web ou la bande dessinée.

(Source : www.dupuis.com)