« Le pain perdu était instantanément associé au bonheur passé, de telle sorte que, en plongeant les tranches dans le mélange, Luisa avait l’impression de réhydrater un souvenir heureux.  » (p. 146)

Luisa est une maman portugaise de quarante-cinq ans qui aime faire à manger, elle aime combler  ses invités depuis que sa fille Sandra a quitté le nid familial pour voler de ses propres ailes à Paris. Un drame familial les relie. Malgré tout, toutes deux essaient de faire face et de continuer à vivre contre vents et marées. Des centaines de kilomètres les séparent ainsi que leur rapport à la nourriture et à l’alimentation.

Pour Luisa, les repas sont des moments conviviaux.  Elle se plait à cuisiner pour ravir les papilles des grands et des petits qui défilent à sa table. Sa longue liste de spécialités se décline notamment en ragoût de poisson, chou à l’étouffée, pain perdu et autres réjouissances culinaires.

En revanche, en ce qui concerne Sandra, il est hors de question d’avaler la moindre bouchée sans en calculer frénétiquement les calories, en la faisant passer à grand renfort d’eau ou de thé, courant quotidiennement pour éliminer le total de cette addition calorique journalière.

Alors que Luisa essaie de satisfaire les estomacs, Sandra tente par tous les moyens de ne rien avaler pour ne pas prendre le moindre gramme.

Chacune vit sa vie, mais l’une et l’autre ne sont pas en reste avec les surprises que leur destinée leur réserve. A commencer par Luisa, qui se voit offrir par son mari un cadeau un peu spécial. un cochon, ou plutôt une petite cochette de quelques mois qu’elle baptiste du doux nom de Rose. Sa mission engraisser cette jeune demoiselle pour qu’un an plus tard elle se métamorphose en saucisses, pâtés, boudins et autres cochonnailles. Pour combler sa solitude, elle s’encanaille de la bête et contre toute attente devient une véritable experte en élevage porcin. Alors qu’elle adopte Rose comme animal de compagnie et gave sa petite protégée, sa fille à l’autre bout de la France, s’affame, tout en essayant d’aider en tant que psychologue des adolescents devant affronter problèmes de poids dans une maison spécialisée. Un lieu qui est en réalité un terrible miroir lui renvoyant ses propres problèmes mais la rendant la plus à même à les comprendre.

Pour Sandra, c’est un simple jogger qui bouleverse son quotidien, sa zone de confort sur laquelle elle avait la main mise.

Ce roman est une bouleversante histoire de famille. Au menu de l’émotion, de l’attachement, et quelques larmes pour un livre qui a du caractère (de cochon ?)

 

Titre Manger dans ta main
Auteur Sophie Carquain
Collection Littérature Générale
Edition Albin Michel
Date de parution 20170301
Format 20.5 x 14 cm ; 313 p.
ISBN 9782226392022

Sophie Carquain est auteur de littérature jeunesse et journaliste spécialisée en psychologie. Elle a publié des contes pour enfants chez Albin Michel et co-écrit plusieurs essais avec la psychologue Maryse Vaillant.
Manger dans ta main est son premier roman.

(source : http://www.albin-michel.fr/auteurs/sophie-carquain-15403)